webleads-tracker

Consumer Packaged Goods

[Etude] Quelles sont les préoccupations des sociétés du monde alimentaire et des biens de grande consommation ?

  • 0
  • 5 septembre 2017
Lascom PLM Etude CPG et IAA

J’ai le plaisir de vous partager les premiers résultats de notre étude visant à analyser, tous les 6 mois, l’évolution des sujets prioritaires au sein des secteurs du monde du CPG.

Pour cette étude, nous avons fait appel à une méthode d’analyse novatrice, ne se basant pas sur un système de sondage mais sur l’analyse statistique des pages web visitées, en les corrélant aux visites de sociétés identifiées sur les 6 derniers mois. C’est une première pour le secteur de l’alimentaire, de la cosmétique et des biens de grande consommation.

Cette étude analyse les sujets au cœur des préoccupations des sociétés du secteur, parmi lesquels la gestion du cycle produit, l’innovation, la collaboration et la gestion des réglementations. En plus de résultats d’ensemble, le croisement par activité et par taille permet de comparer la vision des différents types d’entreprise.

Je vous propose de découvrir tout cela en image. (Pour accéder à l’infographie, il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous.)

Etude Lascom 2017

Quels sont les sujets qui intéressent le plus ?

Public Agro Public Retail Public Cosmétique
L’enjeu de la réglementation INCO ressort nettement auprès du public agroalimentaire. En effet, ces dernières années la réglementation alimentaire s’est renforcée. Notamment avec l’entrée en vigueur depuis le 13 Décembre 2016 de la dernière échéance de la réglementation INCO qui entraine des exigences auxquelles les acteurs de la chaîne alimentaire doivent se conformer afin d’assurer une alimentation saine et de bonne qualité aux consommateurs. Également concerné par les enjeux réglementaires, la réglementation INCO ressort comme l’enjeu numéro 1. Mais nous voyons également que l’enjeu collaboration fournisseur est au centre des intérêts pour le public retail. En effet, les échanges entre les distributeurs et les fournisseurs sont très nombreux. De plus en plus de distributeurs apportent une attention particulière aux relations qu’ils entretiennent avec leurs fournisseurs. Une bonne collaboration « distributeurs/fournisseurs » entraine de nombreux bénéfices : des produits commercialisés plus rapidement, des réductions de coûts, une augmentation des ventes et des parts de marché, le tout en maximisant le retour sur investissement pour les deux parties. Au niveau du public cosmétique, l’importance du dossier d’information produit ressort dans les intérêts numéro un et à juste titre. Depuis l’application du nouveau règlement européen 1223/2009 sur les produits cosmétiques, les professionnels du secteur de la cosmétique sont dans l’obligation de fournir le Dossier d’Information Produit (DIP) de chaque produit cosmétique mis sur le marché et destiné à la consommation. 

 Si nous regardons les chiffres en fonction de la taille des entreprises la conclusion est la suivante :

Quelle que soit la taille de l’entreprise, qu’ils soient industriels ou distributeurs dans l’alimentaire ou la cosmétique, les 3 enjeux principaux qui ressortent sont :

  • Les aspects réglementaires,
  • La qualité (avec la gestion des non-conformités),
  • La collaboration.

Évidemment, selon le secteur les sujets d’intérêts seront différents. Nous le remarquons avec INCO pour l’agroalimentaire ou encore le DIP pour la cosmétique. Mais les problématiques face aux aspects réglementaires restent les mêmes pour les entreprises.  En effet, les réglementations de plus en plus exigeantes poussent les entreprises à gérer et suivre plus efficacement toutes les données liées aux produits pendant leur cycle de vie, depuis le brief marketing jusqu’à leur commercialisation quelques soit le secteur.

Il en est de même pour la collaboration. Quelle que soit le secteur la problématique de fond reste la même. Les industriels ont besoin de collaborer efficacement avec leurs fournisseurs, les distributeurs avec les industriels, etc. La collaboration avec les partenaires (fournisseurs, laboratoires, sous-traitants, etc.) reste essentielle à l’efficacité de la fabrication des produits.

Cette étude nous démontre bien que quels que soient le secteur ou la taille de l’entreprise, les problématiques sont similaires. Tout l’enjeu reste d’être capable de les décliner et de les spécifier par métier.

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !