webleads-tracker

Fabrication écologique dans l’industrie des biens de grande consommation

  • 0
  • 23 septembre 2020
Fabrication écologique et PLM

L’énergie est au cœur de notre société industrielle avec une majorité d’énergie fossile utilisée (80 % de la consommation énergétique dans le monde sont attribués au pétrole, au gaz et au charbon). Par exemple chaque jour dans le monde est utilisé 15 milliards de barils de pétrole par jour. Si la majorité du pétrole utilisé est consommée dans les moteurs (voitures, camions, bateau, train, avion), une part se retrouve dans la production d’emballage, la cosmétique, le textile et la production alimentaire. L’industrie des biens de grande consommation est très énergivore, l’énergie étant utilisée à de nombreux points au cours du cycle de vie produit (approvisionnement, production, emballage, distribution, consommation, et le traitement).

L’énergie dans les industries agroalimentaire et cosmétique

Le cycle de vie du produit, dans l’agroalimentaire ou la cosmétique (sa fabrication, sa distribution, sa consommation et son traitement) comporte de nombreux postes de consommation d’énergie (pétrole, électricité et gaz compris) : le transport (rien qu’en France, ce poste représente 31% de l’empreinte énergétique de l’industrie – en comptant les déplacements des consommateurs pour s’approvisionner), les usines qu’il faut faire tourner, les systèmes de réfrigération, la gestion des déchets, etc. La liste est longue ! De plus, le pétrole se retrouve dans les cosmétiques en tant qu’ingrédient (par exemple dans la paraffine, la vaseline, les lotions capillaires, etc.). Quant à l’industrie agroalimentaire, qui est le 3ème secteur industriel le plus consommateur d’énergie après l’industrie chimique et la métallurgie. En plus des points précédemment évoqués, elle compte de multiple point de consommation d’énergie lors de la production des matières première (agriculture). La partie agricole représente à elle seule 20% de l’énergie totale du secteur, à cause des équipements et aux véhicules pour le moissonnage ou l’élevage de bétail. Pour vous donner une idée, l’énergie nécessaire pour délivrer 1J sous forme de nourriture demande quasiment 10J d’énergie de ressources naturelles.

Considérant le déclin de la production mondiale de pétrole, il est urgent de repenser le système alimentaire pour réduire le besoin en énergies fossiles.

Réagir à chaque étape du cycle de vie

Des actions ont déjà été mises en place par les entreprises agroalimentaires, notamment sur l’utilisation d’énergies renouvelables, par exemple en utilisant des biocarburants ou en produisant les matières premières pour développer des biocarburants. Un exemple typique est l’utilisation de la bagasse comme biocarburant pour générer l’énergie nécessaire pour la transformation dans les exploitations de cannes à sucre. Il est donc tout à fait possible d’optimiser l’utilisation actuelle et trouver des nouvelles solutions. Quant à l’industrie cosmétique, le pétrole est de plus en plus remplacé par des huiles végétales comme l’huile d’olive et l’huile de coco.

Si nous suivons le cycle de vie des produits agroalimentaire, nous pouvons trouver à chaque étape des axes d’amélioration. Premièrement, nous pouvons citer les techniques d’agriculture innovantes comme le démontre l’amélioration des systèmes d’irrigation et le développement de ce que l’on appelle l’agriculture de précision (optimisation des rendements et des investissements, en prenant en compte les variabilités de milieux et de conditions entre parcelles différentes ainsi qu’à des échelles intra-parcellaires.) Deuxièmement, rappelons l’importance d’une production et d’une consommation locale qui participent à la réduction des besoins en transport des produits. Troisièmement, des économies d’énergies peuvent se faire en développement des emballages éco-responsable avec des matériaux réutilisables. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’impact de l’utilisation d’appareils, de machines, de processus et même de bâtiments plus efficaces énergétiquement tout au long de la chaine d’approvisionnement.

Le PLM pour une fabrication écologique

De plus en plus d’entreprises se lancent dans la fabrication écologique de produits afin de minimiser l’utilisation de ressources naturelles et de réduire les émissions de polluants.

Regroupant dans un unique référentiel toutes les informations sur la conception, les processus de production et de vente, le PLM permet aux entreprises de prendre des décisions éclairées à chaque étape du développement. Matières premières, pratique de travail des fournisseurs, recyclabilité des emballages, processus de production, tout est renseigné ce qui permet de surveiller chacun des aspects du cycle de vie produit. Grâce aux métriques et aux comparaisons, la consommation d’énergie peut être modélisée dans le PLM pour viser des objectifs de durabilité. Par exemple, il est possible de comparer deux fournisseurs selon la quantité d’énergie fossile nécessaire au transport de matières premières.  Le PLM permet également de simuler la quantité d’électricité nécessaire pour fabriquer le produit (process de fabrication, stockage réfrigéré…). Grâce à l’instauration et au suivi d’indicateurs « durables », les entreprises utilisant un PLM peuvent simuler en temps réel la quantité d’énergie utilisée tout au long du cycle de vie d’un produit. Ainsi, elles peuvent la corriger ou mettre en place des processus d’amélioration continue et développer des produits plus verts.

gestion des spécifications et données produits

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !