webleads-tracker

Comment les technologies PLM et Blockchain peuvent-elles se compléter ?

  • 0
  • 9 mars 2020
PLM & Blockchain : complémentarité

Pas uniquement un problème de santé

Entre 2004 et 2013, la non-déclaration des allergènes était la cause principale des rappels dans le domaine alimentaire, comptant pour 27,4% d’entre eux.

Dans le monde, à peine 10% des produits agroalimentaire sont tracés, vérifiés et certifiés (quels sont les étapes de transformation ? qui sont les acteurs impliqués ? comment informer les consommateurs ?)

Le scandale de la viande de cheval en Europe en 2013 et le rappel par Rose Acre Farm de plus de 200 millions d’œufs après la découverte d’une possible source de Salmonelle ont mis en évidence les déficiences du système de traçabilité (en moyenne, un rappel coûte 10 millions de dollars).

Selon le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, aux Etats-Unis, 1 personne sur 6 tombe malade, 128 000 sont hospitalisées et 3 000 meurt chaque année à cause de maladies provenant de l’alimentation.

Ce constat montre que les maladies d’origine alimentaire sont non seulement une question de santé publique mais également un problème économique.

Une attente des consommateurs

En plus des problématiques de santé et de confiance, les consommateurs ont développé un fort intérêt dans l’information complète : ils veulent tout connaitre du produit qu’ils achètent.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, la traçabilité sociale et environnementale n’est plus seulement une nécessité réglementaire mais aussi une demande des consommateurs. Les marques agroalimentaires et cosmétiques doivent ajuster leurs stratégies à la prise de conscience environnementale et éthique pour répondre à ses nouveaux besoins de consommation.

Ces nouveaux intérêts impliquent chez les consommateurs plus de méfiance envers les marques de biens de grande consommation et surtout une demande pour plus de transparence.

Il est maintenant possible de scanner un produit et d’apprendre d’où il vient : le groupe Carrefour a, par exemple, développé une solution de blockchain permettant au client final de scanner un QR code pour voir toutes les informations sur le poulet (sa chronologie entière, de l’élevage à la mise en barquette, est sauvegardée par chaque acteur impliqué : l’éleveur, le vétérinaire, l’abatteur, …). Auchan a également expérimenté ce système sur les carottes.

Ces informations, et surtout l’accès à celles-ci, représentent un argument important dans la décision d’achat. La confiance totale dans une marque n’existe plus et avec elle disparait la notion de fidélité : d’après une étude Nielsen, 46% de la population sont prêts à essayer une nouvelle marque aujourd’hui par rapport à il y a cinq ans.

Les marques doivent s’adapter et procurer plus de traçabilité, dès les matières premières : une industrie alimentaire doit être capable de dire quelle alimentation ont reçu les élevages de leurs fournisseurs.

La blockchain, étant une succession de blocs composés de données validées par les acteurs, est une réponse appropriée pour le suivi de la supply-chain. Elle assure la fiabilité des données et peut donc aider à réduire le temps de réponse en cas de problème.

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain est une technologie de stockage assurant la transparence et la sécurité des informations qu’elle contient. C’est une base de données qui contient l’historique de tous les échanges entre les acteurs dès le début du processus. Elle est partagée avec chaque acteur sans intermédiaire, ce qui permet de vérifier la validité de la chaine. Etant inviolable, elle garantit la fiabilité de chaque donnée et de chaque échange.

Avec la blockchain, les industries peuvent gérer les incohérences, les crises sanitaires et les origines des produits avec efficacité et réactivité. C’est pourquoi elle répond aux nouveaux défis des industries agroalimentaires et cosmétiques.

Aujourd’hui, plusieurs marques de distribution, d’agroalimentaire et de cosmétique utilisent la blockchain :

–          Seqens a développé ACT4S (Active Cosmetic Trust for Seqens), un site qui permet au consommateur de tracer le parcours des produits grâce au numéro de lot.

–          Walmart, Nestlé SA, Dole Food CO., Unilever et d’autres ont créé « The Food Trust Blockchain » avec IBM. L’idée étant d’améliorer leur capacité à répondre en cas de rappel alimentaire.

Qu’est ce que le PLM (Product Lifecycle Management) ?

Les problèmes empêchant la fluidité lors de projet d’innovation viennent généralement d’une perte d’information ou l’utilisation d’outils différents entre les équipes impliquées.

Le PLM (Product Lifecycle Management) permet aux entreprises de dématérialiser et centraliser les données sur n’importe quel produit ou projet. R&D, Marketing, Qualité, prestataires externes (fournisseurs, designers, …) peuvent organiser des workflows et assigner des tâches et des droits selon des statuts définis. Chaque personne impliquée peut se reposer sur une unique source d’information, ce qui permet également de faciliter les relations et d’améliorer la fiabilité des contrôles tout au long du cycle de vie du produit.

Le PLM a également la capacité de gérer des régulations spécifiques et d’assurer la conformité des produits en générant les spécifications produit (liste des ingrédients, les allergènes, …). En cas de non-conformité, le PLM permet aux utilisateurs de reporter, qualifier, gérer et clôturer n’importe quel cas, avant, pendant et après la production. Ceci permet de consolider toutes les informations nécessaires pour analyser les causes d’occurrence et définir un plan d’actions correctives.

C’est un outil puissant pour les industries agroalimentaires et cosmétiques car il donne accès à tous les échanges ayant eu lieu pendant le cycle de vie du produit. C’est cette capacité qui améliore les contrôles et la traçabilité.

Pour en savoir plus sur notre solution pour l’agroalimentaire et la cosmétique, découvrez notre logiciel PLM Lascom Lime

Comment le PLM et la Blockchain se complètent ?

L’industrie des biens de grande consommation implique de nombreux acteurs (agriculteurs, fournisseurs, régulateurs et consommateurs) et là où le PLM peut rassembler les données sur les matières premières, les fournisseurs, les régulations et faciliter la validation générale d’un produit, la blockchain trace chaque étape de la production et sauvegarde les données en sécurité.

Par exemple, la technologie blockchain permet aux différents acteurs de collecter les données et de les transférer avec certitude tout au long de la supply-chain jusqu’au dernier producteur, le distributeur et même le consommateur.

Avec le PLM et la blockchain, il devient possible de tracer un produit à chaque étape de son cycle de vie avec une transparence garantie par la relation machine-to-machine. Ceci permet d’accéder à de précieuses informations comme : l’idée à l’origine du produit, la source précise de la matière première, la ferme où elle a été élevée et qui l’a récoltée, la date d’expiration.

D’un côté, le PLM garantit la qualité de l’information de l’idée du produit à sa production, de l’autre, la blockchain l’assure de sa production à sa distribution. D’une certaine façon, le PLM est la blockchain de l’innovation produit. Ensemble, ils fournissent de la cohérence et de la sécurité aux données du produit.

Dans le futur, les outils « orientés données » aideront les entreprises à construire des systèmes et des analyses basés sur le smart data. Par exemple, une étude de marché estime que le marché de la blockchain grandira de 1,2 milliard de dollars en 2018 à 23,3 milliards de dollars en 2023 (Blockchain technology market).

Si vous souhaitez en savoir plus sur comment Lascom peut aider votre entreprise, découvrez en plus sur la gestion des modifications et de la traçabilité.

Sources : 

  • Recall: The food industry’s biggest threat to profitability – Food Safety Magazine, October 2012
  • Blockchain et agroalimentaire, un mariage de raison – Siècle digital, February 2019
  • Global ad spending is up, but you can’t buy loyalty in cpg – Nielsen, July 2019
  • Blockchain technology market- Markets and Markets December 2018
  • Traceability is mandatory – Cosmetic 360°, July 2019
  • Blockchain, logistique et supply chain : panorama des possibilités – Blockchain France, August 2017
  • Food Safety Modernization Act – fda.gov, September 2019
  • The Future of Supply Chain Transparency: PLM meets the IoT and Blockchain – whichPLM, October 2017
  • What Is Blockchain and Why Does It Matter To PLM? – sharePLM, July 2018
  • La Blockchain : la garantie d’une traçabilité transparente – BearingPoint, December 2018
  • Seqens utilise un registre blockchain pour garantir la traçabilité de ses actifs bio – premium beauty news, April 2019

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !