webleads-tracker

Agroalimentaire – Comment étiqueter les additifs d’origine animale ?

  • 1
  • 10 décembre 2018
étiquetage additifs animal

Industriels, intentionnellement trompeurs sur l’étiquetage des additifs ?

Le 19 septembre 2018, l’association de protection de consommateurs foodwatch lançait une pétition visant un géant de l’industrie laitière. Motif : le yaourt allégé aux fruits rouges incriminé contient de la gélatine de bœuf mais ne le signale pas explicitement dans sa liste d’ingrédients. En parallèle, plus d’une dizaine d’autres produits ont été pointés du doigt, comme du fromage contenant une enzyme extraite de panse de veau, ou une glace contenant un agent d’enrobage à base de cochenille.

Le même jour, l’ANIA (Association nationale des industries alimentaires) se positionne sur l’affaire : les produits visés par l’association foodwatch sont parfaitement conformes à la réglementation. Effectivement, l’étiquetage de l’origine animale de la gélatine n’est pas obligatoire, tout comme pour l’origine des enzymes ou des agents d’enrobage.

Additifs d’origine animale : comment faire ?

Plusieurs documents officiels (règlements, codex, codes d’usage…) peuvent encadrer la dénomination de ces dérivés d’animaux. Pour les additifs dérivés d’animaux, leur utilisation et leur dénomination sont encadrées par la réglementation UE n°1333/2008. Par exemple, le fameux agent d’enrobage de la glace visée par foodwatch est référencé sous le nom « E 904″ et peut être étiqueté aussi bien par son numéro « E » que par son nom spécifique : « Shellac ». Aucune mention de son origine n’est imposée. En revanche, le règlement UE n°1169/2011 dit « INCO » impose d’étiqueter la catégorie de l’additif utilisé, en l’occurrence : « agent d’enrobage ». Le résultat final dans la liste d’ingrédients est le suivant : « Agent d’enrobage (shellac) ».

La gélatine n’est quand à elle pas considérée comme un additif et n’est donc pas soumise aux dispositions du règlement UE n°1333/2008 : elle ne possède pas de numéro « E ».

Cadre réglementaire changeant, pression médiatique élevée, consommateur exigeant… Il est indispensable de gérer de manière complète et dynamique ses étiquetages pour pouvoir faire face à ces enjeux. Le PLM Lascom, un logiciel dédié agroalimentaire, optimise et facilite la gestion de l’étiquetage des produits pour accompagner les industriels de l’agroalimentaire dans leurs processus de mise en conformité.

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !