webleads-tracker

L’analyse du Cycle de Vie (ACV), nouvel enjeu central de l’information produit

  • 0
  • 8 janvier 2021
ACV

A l’ère des préoccupations environnementales, l’Analyse du Cycle de Vie (ou ACV) produit a un rôle désormais crucial dans les choix technologiques des entreprises, mais aussi dans leur stratégie à long terme. Outre des produits de grande qualité nutritive, les consommateurs attendent aujourd’hui des industriels une production plus éthique. Avec l’ACV, les entreprises agro-alimentaires peuvent mieux concilier performance et préservation de l’environnement.

 

L’analyse du cycle de vie des produits alimentaires : définition et origines

L’Analyse du Cycle de Vie est une méthode multi-critères d’évaluation de l’impact environnemental d’un produit, de sa conception à sa fin de vie. Via quatre étapes de réalisation, cette technique étudie la contribution de chaque système et sous-système de produits dans l’empreinte écologique. Des résultats de cette analyse ressortent à la fois des choix technologiques pour les entreprises, mais aussi une gestion du cycle de vie produit modifiée, plus conforme aux attentes des consommateurs.

 

Les prémices de l’ACV

Les premières réflexions quant à l’étude des méthodes de production remontent à la fin des années 1960. L’ACV — qui ne porte alors pas encore ce nom — vise alors à mieux anticiper les besoins en matières premières. Moins globale, la démarche ne couvre que les stades de l’approvisionnement et de la production. Elle recourt cependant à plusieurs critères, formant une base intéressante pour l’ACV d’aujourd’hui.

Celle-ci a véritablement été mise en œuvre au début des années 1990, avec l’apparition du concept de développement durable. La production de déchets solides est alors une préoccupation grandissante : l’Analyse du Cycle de Vie évolue donc naturellement vers une démarche environnementale. Parfois mal exploitée par certains industriels — à des fins publicitaires, notamment —, la méthode se voit accorder un cadre formel à la fin des années 1990, avec l’édiction des normes ISO 14040 et 14044.

Les années 2000, période de consécration pour l’ACV

Les années 2000 marquent l’essor de l’Analyse du Cycle de Vie. Principalement employée par la recherche, l’ACV s’étend aux entreprises. Cette double demande fait naître plusieurs courants. Les industriels requièrent des solutions simplifiées, parfois même sectorielles, aux fonctions spécialisées et aux analyses ciblées.

Les approches se structurent progressivement. On distingue désormais des ACV de bilan produit, des analyses dédiées au textile, aux emballages, aux produits agroalimentaires. L’IAA est aujourd’hui fortement engagée dans la démarche, qui fait partie des pratiques courantes. Des initiatives menées au niveau européen visent à unifier la pratique de l’ACV. Pour les industriels, la réflexion produit est désormais indissociable de l’approche environnementale.

 

Les méthodes de l’ACV

Le calcul de l’impact environnemental

Une Analyse du Cycle de Vie se déroule en quatre étapes majeures :

  1. DEFINITION DES OBJECTIFS, DU CHAMP DE L’ETUDE ET DE L’UNITE FONCTIONNELLE

A cette étape, on définit le périmètre de l’étude, le type de données visées et la qualité attendue, ainsi que le public cible. Un ensemble d’hypothèses générales donne de premières orientations à l’étude.

L’Unité Fonctionnelle est le paramètre commun aux produits d’un système : elle permet d’établir une base commune de comparaison des produits. Très encadrée, elle résume en une phrase la fonction que doit remplir le produit analysé.

  1. INVENTAIRE DU CYCLE DE VIE

Avec l’inventaire, sont estimés les flux de matières et d’énergie entrants et sortants pour chaque processus impliqué. Cette démarche suit elle aussi un certain nombre de jalons :

  • Quantification des flux économiques — matière, énergie, services — et élémentaires — acquisition des matières premières, déchets et émissions
  • Pondération sur la base du produit de référence
  • Quantification des éléments à impact environnemental à chaque étape de production
  • Agrégation des flux pour obtenir un impact total

 

  1. EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

Par la suite, les processus impliqués doivent être traduits en impacts environnementaux. Les flux sont catégorisés selon leur effet sur l’environnement, puis caractérisés pour obtenir un indicateur chiffré de contribution à l’impact.

Les logiciels d’ACV fournissent une présentation des résultats personnalisée simple à interpréter et manipuler. La modélisation des flux simplifie le calcul d’impact environnemental et son interprétation.

  1. INTERPRETATION DES RESULTATS

Essentielle, l’interprétation des résultats bruts (contribution de chaque processus, complétude et incertitudes des données…) joue un rôle fort dans les futures stratégies produits. D’une analyse chiffrée complexe doit être tirée une traduction claire et complète, qui tiendra compte des limites de l’étude.

La détection des sources d’impact permet d’identifier clairement les processus à modifier. L’interprétation constitue donc une base précieuse pour un passage à l’action rapide.

 

Comment l’ACV influence-t-elle l’activité des industriels ?

L’Analyse du Cycle de vie est une démarche engageante pour les industriels. Elle requiert du temps et un investissement important, mais promet cependant un réel gain de performance.

C’est, avant tout, un outil précieux d’aide à la prise de décision. L’ACV fournit des informations pour :

  • Mieux gérer les matières premières et l’approvisionnement
  • Réduire le gaspillage (avec des choix d’emballage adaptés, notamment)
  • Optimiser le transport
  • Comparer les offres présentes sur marché
  • Evaluer l’impact de nouveaux processus de production
  • Améliorer les connaissances de l’entreprise et ses choix technologiques

L’ACV permet enfin de mieux anticiper les étapes de vie d’un produit, en prenant en compte le facteur environnemental dès la conception.

L’enjeu d’information consommateur

Côté consommateurs, la volonté est forte de connaître l’impact environnemental des produits : un quart d’entre eux en fait d’ailleurs un critère d’achat important.

La diffusion du « score environnemental » des produits agro-alimentaires est utile à plus d’un titre. Celui-ci permet de :

  • Guider les acheteurs — acteurs majeurs de la préservation de l’environnement — dans leur consommation
  • Être transparent quant aux questions de conformité et de traçabilité des produits
  • Travailler son image et renforcer la fidélité client, très influencée par l’éthique de la production

A condition d’être présentés de manière claire et simplifiée, les résultats d’une Analyse du Cycle de Vie sont une réelle valeur ajoutée pour le consommateur. Pour les industriels de l’agroalimentaire, l’enjeu est aujourd’hui de proposer un étiquetage unifié et reconnaissable. Si l’indice appelé « affichage environnemental » est aujourd’hui encouragé par l’ADEME — Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie —, il reste du chemin à parcourir pour voir chaque produit alimentaire pourvu de cette information essentielle.

 

ACV : en bref

L’importance des préoccupations environnementales a fait de l’ACV un choix quasi-incontournable pour l’industrie agroalimentaire. Celle-ci facilite la transformation nécessaire des méthodes de production et répond à une vraie demande des consommateurs.

La composante environnementale est maintenant indissociable du concept d’information produit. Les informations issues de l’ACV peuvent donc en toute légitimité être intégrées aux autres données produits. Ainsi, ces données, combinées aux solutions PLM, créent une information consolidée et offrent une vision complète des besoins à long terme !

 

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !