webleads-tracker

Consumer Packaged Goods

Etiquetage nutritionnel: quand une MDD décide de mettre en place son propre système de repères nutritionnels

  • 0
  • 13 octobre 2014

Etiquetage nutritionnel: quand une MDD décide de mettre en place son propre système de repères nutritionnelsTandis qu’un projet de loi sur l’étiquetage nutritionnel basé sur un code couleur est en préparation et suscite déjà les débats (vous pouvez retrouver l’article en cliquant-ici), Carrefour fait l’actualité de ces dernières semaines en lançant pour la fin 2014, ses propres indicateurs de couleur.

En effet la marque a souhaité mettre en place un projet pour améliorer l’information du consommateur, en complément des nouvelles exigences de la réglementation INCO, en leur proposant un code couleur leur indiquant à quelle fréquence consommer tel ou tel produit.

D’ici le printemps 2015, tous les produits de la marque Carrefour seront estampillés de pictogramme sous forme d’un triangle de couleur :

  • vert: possibilité de consommer le produit 3 fois par jour, tel que les petits pois,
  • bleu: 2 fois par jour tel que le thon
  • orange: 1 fois par jour tel qu’une pizza
  • violet: de temps en temps tel qu’une glace

Désigné sous le nom « aquellefréquence« , carrefour nous informe que: «ces indicateurs de couleur sont mis en place et attribués à chaque produit en fonction de la composition nutritionnelle évaluée sur la base des critères définis par l’OFCOM (un organisme référent en Europe en matière de critères nutritionnels).
Cette évaluation est ensuite complétée produit par produit par un Comité d’Experts qui intègre les habitudes de consommation des Français et les recommandations officielles. Ensuite, le Comité d’Experts classe les produits selon les quatre fréquences de consommation du dispositif. (Ces critères pourront bien entendu évoluer en fonction des recommandations de santé publique)»

Par ailleurs, Carrefour prévoit d’organiser des campagnes d’information aux consommateurs sur ce nouveau dispositif. Et cette étape d’information semble indispensable. En effet, Carrefour avertit que ces indicateurs de couleurs s’inscrivent évidemment dans le cadre d’une alimentation équilibrée et variée. Car, en prenant à la lettre l’indication des triangles, cela voudrait dire que nous pourrions manger des céréales « MUESLI FRUITS ROUGES AMANDES » au petit-déjeuner, une pizza le midi, des « BISCUITS CÉRÉALES CHOCOLAT » au goûter, du poisson avec du « BLE DUR PRE CUIT » le soir et une « CRÈME AUX ŒUFS VANILLE » en dessert. Et ce, tous les jours. De quoi s’écarter de l’objectif premier de Carrefour.

Face à cette démarche de la part de Carrefour, on est en droit de se poser la question: « est-ce une parade pour devancer le futur projet de loi que compte présenter Marisol Touraine mi-octobre ? » . En effet son projet préconise plutôt un code de 5 couleurs (vert, jaune, orange, rouge, violet), chaque couleur étant attribuée à chaque produit en fonction de sa teneur en sucre, en matières grasses, en sel, en fibres ou encore en protéines. Des axes différents de ce que nous propose Carrefour.

En tout cas, une chose est sûre, cela ne va clore les débats. D’ailleurs l’organisme « que choisir » estime que ce nouvel étiquetage ne va qu’embrouiller les esprits des consommateurs. « L’initiative de Carrefour risque de brouiller un peu plus le message. En lançant son propre système de repères avant la promulgation de la loi, avec un graphisme, un code couleur et des assertions qui lui sont propres, Carrefour risque d’ajouter à la confusion des consommateurs ».

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !